“Accoutumance à la nicotine” , de Thanassis Valtinos

Total visites 80 

Lors des rencontres autour des livres du 15 mai 2017,  Mireille Valcarcel (BPT de St Georges d’Orques) a présenté le livre de nouvelles “accoutumance à la nicotine“, de Thanassis Valtinos, paru en 2008 aux Editions Finitude :

Accoutumance à la nicotine” de Thanassis Valtinos

C’est un petit livre de douze nouvelles. Elles sont tirées de deux recueils publiés en Grèce, la plus ancienne “Août 1948” ayant été écrite en 1960. La première nouvelle de ce recueil lui en donne aussi son titre.
Thanassis Valtinos, écrivain et scénariste, est né en 1932 dans le Péloponnèse, une région de Grèce très présente dans son oeuvre. Après une enfance marquée par des tribulations familiales et les années d’occupation, il s’installe à Athènes où il vit encore aujourd’hui.
Ses écrits sont d’un style épuré, sans pathos, presque neutre… Descriptifs même parfois pour rapporter des événements intimes (dans “Ioannis Sidéris” ou “Panyotis” – qui portent les noms des personnages) ou des faits de guerre tragiques, des faits d’armes sans âme (“Août 1948”), et on en retire pourtant une impression de mélancolie, de grâce résignée, faussement distante.
Alors, on peut penser que l’auteur est très présent dans tous ces portraits d’homme et de femmes ( comme dans “Sang pour sang”) et que de l’Histoire il en a fait sa propre histoire à travers les destins esquissés de ses compatriotes.

Mireille  Valcarcel

La Sonate à Bridgetower, d’Emmanuel Dongala

Total visites 66 

 

“La sonate à Bridgetower”, par Françoise Pasco, le 11 mai 2017

A la bibliothèque de Sète, bibliothécaires et lecteurs avaient beaucoup aimé en 2010 Photo de groupe au bord d’un fleuve, de Emmanuel Dongala.

Dans ce nouveau roman l’auteur nous raconte la vie très romancée de George Bridgetower, qui débarque à Paris en 1789 avec son père qui se fait passer pour un prince africain. Ils sont tous deux mulâtres et George est un très jeune virtuose du violon. Il a été l’élève du grand compositeur Haydn.

Quelques concerts à Paris le font connaître, mais la prise de la Bastille et les événements qui suivent les obligent à se réfugier en Angleterre où il deviendra le protégé du Prince de Galles. A Vienne, il devient l’ami de Beethoven qui écrit pour lui une magnifique sonate qu’ils joueront tous les deux. Mais une banale querelle met fin à leur amitié et la sonate initialement dédiée à « il mulatto Brischdauer, gran pazzo e compositore mulattico » deviendra la fameuse Sonate à Kreutzer (qui d’ailleurs ne la jouera jamais, la jugeant trop complexe!).

Ce roman mêle les aventures de ce personnage hors du commun aux événements de cette période troublée (révolution française, prise du pouvoir par Bonaparte …) et évoque d’importantes questions de société soulevées par les philosophes des Lumières : esclavage, racisme, féminisme…

George est fasciné par ces idées nouvelles, rencontre Lavoisier, Monge, Borda, Condorcet, Olympe de Gouges, et tous les grands musiciens de son temps.

Ce roman à l’écriture et la construction soignées est vraiment passionnant et susceptible d’intéresser par les sujets qu’il aborde (musique, histoire …) un large éventail de lecteurs.

Good Morning, Midnight

Total visites 55 

“Good morning, midnight” , par Guy de Barros, le 4 avril 2017

Livre de Lily Brooks-Dalton
Embarquez pour un magnifique voyage émotionnel…
L’intrigue, admirablement ficelée, révèle des lieux, des amours insaisissables, et cette absolue nécessité des hommes à communiquer.

La colère des aubergines, de Bulbul Sharma

Total visites 71 , dont aujourd'hui 1 

 

De Françoise Pasco, le 14 février 2017

Pour mon premier article sur le nouveau blog, voici un petit bouquin indien qui parle de cuisine, avec des recettes à la fin de chaque chapitre. C’est un recueil de petites histoires qui racontent le quotidien de familles ou de couples, dont le thème est la nourriture, la cuisine. Le ton est léger, souvent drôle, mais aborde mine de rien beaucoup de problèmes de la société indienne d’aujourd’hui: condition des femmes, mariages arrangés, polygamie, poids des traditions, castes, qui plombent la vie des femmes en particulier souvent traitées comme des marchandises.

L’auteur nous parle aussi des dégâts que commence à poser à la santé des indiens le goût pour la nourriture trop riche, dont les femmes confinées dans leur foyer ont tendance à abuser. Bien et facile à lire.