Roman “Là où chantent les écrevisses”, de Délia Owens

Total visites 513 , dont aujourd'hui 5 

LÀ OÙ CHANTENT LES ÉCREVISSES      de DELIA OWENS
(ed. POINTS, 2018, 460 pages)

par Sylviane Houvert, le 19 août 2021

KYA , petite fille de dix ans, vit dans les marais de Caroline du Nord dans les années 1960. Peu à peu toute sa famille a fui la misère, la violence, l’alcoolisme du père, la laissant seule au monde. Face au mépris et à la méchanceté des habitants d’un village proche, KYA trouvera protection et amour auprès des oiseaux du marais.

Lire la suite

Roman “Envoyé un peu spécial”, de Julien Blanc-Gras

Total visites 368 , dont aujourd'hui 4 

Roman “Envoyé un peu spécial” , de Julien BLANC-GRAS  (Ed. STOCK, 2021, 305 pages)
par Sylviane HOUVERT, le 19 Août 2021

Avec ses cartes postales envoyées des quatre coins du globe, ce journaliste romancier nous rappelle qu'”en s’éloignant de chez soi, on se rapproche de l’universel” dans des récits de 4 à 5 pages, indépendants les uns des autres, parfois légers, parfois graves, toujours animés du plaisir de la rencontre de “l’autre” et d’une bonne dose d’humour.

Parfait pour le public hospitalisé.

Roman “Le chemin des estives”, de Charles Wright

Total visites 340 , dont aujourd'hui 2 

 

LE CHEMIN DES ESTIVES, de CHARLES WRIGHT     (   FLAMMARION 2021, 350 pages)
par Sylviane HOUVERT, le 19 Août 2021

Tenté par le noviciat chez les jésuites, Charles WRIGHT, doit au préalable, effectuer une marche d’un mois en mendiant gîte et couvert. Accompagné de RIMBAUD et de Charles de FOUCAULD il parcourt les chemins de Massif Central à la recherche de sa voie.
Rien d’austère dans cet ouvrage ne manquant ni d’humour ni d’autodérision. Charles WRIGHT partage avec nous ses réflexions sur la vie actuelle, la foi, l’évolution du christianisme, la beauté de la nature, paisiblement.

Au prochain arrêt

Total visites 1,060 , dont aujourd'hui 3 

par Sylviane Houvert

 

Hiro AKIKAWA nous décrit dans ce petit livre de 185 pages, les interactions entre les différents passagers d’une ligne de train. Une grand mère est sa petite fille, un couple d’amoureux, une femme trompée, croisent leurs destins dans ce décor invariable mais pourtant mouvant. Toute vie parait tracée mais peut être bouleversée par une rencontre insolite.

Un roman choral sur le Japon et ses habitants, agréable à lire, qui nous dévoile par petites touches la vie quotidienne des japonais.

Roman “Térébentine” de Carole Fives

Total visites 781 , dont aujourd'hui 3 

Par Sylviane HOUVERT, le 19 juillet 2021

Carole FIVES nous relate l’expérience de trois jeunes étudiants ( deux filles et un garçon) aux Beaux Arts de Lille dans les années 2000.

Malgré la réprobation et les brimades de l’ensemble de l’institution et de leurs condisciples, ils ont choisi d’exercer la peinture, ce qui leur vaut ce surnom péjoratif de TEREBENTINE. On ira jusqu’à repousser leur atelier dans les caves sans chauffage de l’institution. Leurs enseignants éviteront soigneusement de les soutenir ou de les conseiller, sauf en les adjurant d’abandonner ce “médium” dépassé. De plus, alors que les femmes représentent  70% des étudiants, aucune œuvre de créatrice féminine n’est au programme. Ce qui conduira les jeunes femmes à effectuer des recherches et à présenter un important travail à ce sujet.

Machisme, intolérance ont la part belle dans cette institution. Les deux jeunes femmes finiront par abandonner leur rêve, seul Luc poursuivra sa quête acharnée…Vingt ans plus tard, quand la mode aura changée, que les “installations” et différentes compositions au néon auront saturé les galeries d’art, on appréciera enfin les tableaux de Luc, mais sera t il encore temps?

Ce livre court (172 pages) pourra intéresser les amateurs de peinture, mais aussi tout ceux qui se méfient des diktats de la mode. Il met en valeur le courage, l’acharnement des artistes à contre courant de leur temps.