Roman “La fille qu’on appelle” de Tanguy VIEL

Total visites 605 , dont aujourd'hui 12 

“La fille qu’on appelle ” de Tanguy Viel – Editions de Minuit – Septembre 2021- 173 pages

par Patricia laurentin, le 12 Octobre 2021

Lundi 11 Octobre 2021, c’était la rencontre autour des livres, autour de notre dynamique animatrice Denise. Nous étions 9 pour voyager autour d’idées souvent convergentes et parfois divergentes, sans aucune animosité : c’est le secret de notre huis clos.

Mon voyage s’est arrêté dans un petit village breton avec « la fille qu’on appelle » de Tanguy Viel.

« La fille qu’on appelle ? lui demande le policier. – Oui, ce n’est pas comme ça qu’on dit « call girl » ? répond la jeune fille de 20 ans. »

Le voyage est intérieur dans ce roman, intime dirions-nous, un huis clos oppressant entre trois personnages : Laura, la jeune fille de 20 ans fière de ses tennis blancs, Max son père, boxeur et chauffeur du Maire, puis le Maire, détenteur du pouvoir, qui les « tient en laisse ». L’expression est de Laura.

« Elle est cruelle, cette histoire », a dit Jacqueline : C’est un peu vrai, car elle ne se termine pas vraiment bien…et on attend la suite !

« Le style n’est pas grammaticalement correct » a dit Annie : Pas faux !  Moi, j’y ai vu de la poésie !

Le roman est très actuel, et comme le dit la revue « Page » : « l’histoire est tragique, scabreuse et réaliste ». J’ai beaucoup aimé… et j’attends le prix littéraire qu’il mérite !

Roman “Le roi n’avait pas ri” de Guillaume MEURICE – Ed. J.C. Lattès

Total visites 669 , dont aujourd'hui 13 

par Patricia Laurentin, le 5 Octobre 2021

Il était une fois un jeune homme qui avait compris qu’il ne serait jamais comme les autres, – ” les autres”, ce sont “les pas bossus, les pas balafrés, les pas bancals, les pas petits, les pas vilains”; Bref, difforme il était, objet de toutes les moqueries. Mais le roi de France, en l’occurrence Louis XII est passé près de lui, “juché sur un grand cheval noir drapé d’une étoffe rouge et or, protégé par un dais brodé d’étoiles”. A partir de cet instant, ce jeune homme va nous raconter son histoire.

“Suis-moi”, lui a dit le roi. Il s’affalait dans la poussière devant toute l’assistance; le rire du roi retentit. Triboulet devint le bouffon de Louis XII, puis de François Ier. Son insolence plaisait au roi qui riait. Jusqu’au jour où ce fut la blague de trop…

Ce livre dynamique, sur fond historique, se lit facilement. Le style littéraire et agréable de l’écrivain sait mettre en valeur la personnalité de ce bouffon laid mais intelligent

Récit de Léa et Hugo DOMENACH :” Les Murs Blancs”

Total visites 1,465 

Léa et Hugo DOMENACH  « Les murs blancs » Ed. Grasset – Février 2021 – 307 pages – 20 €.

15 /06/2021 par Patricia Laurentin.

Ce livre raconte l’expérience tentée, au début du XXème siècle, par une équipe de cinq intellectuels qui ont voulu mettre en pratique        l’idéal philosophique d’ Emmanuel Mounier qui fut à l’origine du mouvement « le Personnalisme », et le créateur de la revue « Esprit ».

Les familles de ces cinq intellectuels se sont installées dans des appartements aménagés à  Chatenay-Malabry dans une même propriété appelée « Les murs blancs ». Le cadre est magnifique : un grand parc avec de beaux arbres pour que leurs enfants puissent jouer sans contraintes, et surtout une salle de réunion commune pour les discussions ou pour les conférences des invités extérieurs

Tout semble bien organisé … sauf la vie quotidienne ! Le bel idéal communautaire se heurte aux susceptibilités de chacun. Point de discours philosophiques dans ce livre, mais un récit historique précis pour garder la mémoire de cette expérience.

Les auteurs de ce livre sont les petits-enfants de Jean-Marie Domenach, l’un des cinq philosophes installés aux « Murs Blancs ».

Roman “Sémi”, de Aki SHIMAZAKI

Total visites 1,290 

“Sémi” de Aki SHIMAZAKI – Editions Actes Sud – Mai 2021 – 150 pages – 15 €

Par Patricia Laurentin, le 8 juin 2021

Au Japon, dans une maison de retraite, ils se sont installés. L’épouse, Fujiko, est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Un matin, Fujiko ne reconnaît plus son mari. Elle demande qu’on installe un paravent pour séparer la chambre en deux : on ne dort pas avec un inconnu ! Si la maladie a effacé la logique de la mémoire de cette vieille dame, des bribes de souvenirs reviennent de façon désordonnée, au grand dam de son mari, narrateur de l’histoire, qui découvre quelques vérités dérangeantes.

Lire la suite

Roman “Les enfants sont rois” par Delphine de Vigan

Total visites 1,545 

Delphine de VIGAN – “Les enfants sont rois” – Ed. Gallimard – Février 2021 – 347 pages – 20 €

(par Patricia Laurentin, le 1er Juin 2021)

« Et puis dans un sourire épanoui, rassurant, Mélanie, maman de Kimmy et Sammy, concluait « Vous savez, chez nous, les enfants sont rois ». Mais quel est le royaume de ces deux enfants de 6 et 8 ans ?  C’est le monde des videos dont ils sont les acteurs filmés par leur mère, c’est le monde des réseaux sociaux qui les accueillent. « Acheter, déballer, manger sont les principales activités de ces enfants ». Est-ce le bonheur de ces petits rois ? On ne sait pas, mais on sait qu’ils font la joie de leur mère et surtout des sponsors plus ou moins bien dissimulés, sans oublier les millions de fans qui les aiment et le leur disent.

Puis un jour Kimmy, agée de 6 ans, disparaît. C’est le grain de sable de la belle histoire. Delphine de Vigan va nous emmener dans un  suspense qui n’a rien de virtuel. Vont alors se superposer le monde “féérique” de cette téléréalité  addictive soit-disant pleine d’amour ,  et le monde réel d’une petite fille en danger. Ce livre est une enquête policière captivante, mais aussi une réflexion bien documentée sur la dérive des nouveaux moyens de communication.