Roman « La fille qu’on appelle » de Tanguy VIEL

Total visites 120 , dont aujourd'hui 4 

« La fille qu’on appelle  » de Tanguy Viel – Editions de Minuit – Septembre 2021- 173 pages

par Patricia laurentin, le 12 Octobre 2021

Lundi 11 Octobre 2021, c’était la rencontre autour des livres, autour de notre dynamique animatrice Denise. Nous étions 9 pour voyager autour d’idées souvent convergentes et parfois divergentes, sans aucune animosité : c’est le secret de notre huis clos.

Mon voyage s’est arrêté dans un petit village breton avec « la fille qu’on appelle » de Tanguy Viel.

« La fille qu’on appelle ? lui demande le policier. – Oui, ce n’est pas comme ça qu’on dit « call girl » ? répond la jeune fille de 20 ans. »

Le voyage est intérieur dans ce roman, intime dirions-nous, un huis clos oppressant entre trois personnages : Laura, la jeune fille de 20 ans fière de ses tennis blancs, Max son père, boxeur et chauffeur du Maire, puis le Maire, détenteur du pouvoir, qui les « tient en laisse ». L’expression est de Laura.

« Elle est cruelle, cette histoire », a dit Jacqueline : C’est un peu vrai, car elle ne se termine pas vraiment bien…et on attend la suite !

« Le style n’est pas grammaticalement correct » a dit Annie : Pas faux !  Moi, j’y ai vu de la poésie !

Le roman est très actuel, et comme le dit la revue « Page » : « l’histoire est tragique, scabreuse et réaliste ». J’ai beaucoup aimé… et j’attends le prix littéraire qu’il mérite !

Roman « Le roi n’avait pas ri » de Guillaume MEURICE – Ed. J.C. Lattès

Total visites 192 , dont aujourd'hui 4 

par Patricia Laurentin, le 5 Octobre 2021

Il était une fois un jeune homme qui avait compris qu’il ne serait jamais comme les autres, –  » les autres », ce sont « les pas bossus, les pas balafrés, les pas bancals, les pas petits, les pas vilains »; Bref, difforme il était, objet de toutes les moqueries. Mais le roi de France, en l’occurrence Louis XII est passé près de lui, « juché sur un grand cheval noir drapé d’une étoffe rouge et or, protégé par un dais brodé d’étoiles ». A partir de cet instant, ce jeune homme va nous raconter son histoire.

« Suis-moi », lui a dit le roi. Il s’affalait dans la poussière devant toute l’assistance; le rire du roi retentit. Triboulet devint le bouffon de Louis XII, puis de François Ier. Son insolence plaisait au roi qui riait. Jusqu’au jour où ce fut la blague de trop…

Ce livre dynamique, sur fond historique, se lit facilement. Le style littéraire et agréable de l’écrivain sait mettre en valeur la personnalité de ce bouffon laid mais intelligent

Roman « Là où chantent les écrevisses », de Délia Owens

Total visites 1,075 , dont aujourd'hui 6 

LÀ OÙ CHANTENT LES ÉCREVISSES      de DELIA OWENS
(ed. POINTS, 2018, 460 pages)

par Sylviane Houvert, le 19 août 2021

KYA , petite fille de dix ans, vit dans les marais de Caroline du Nord dans les années 1960. Peu à peu toute sa famille a fui la misère, la violence, l’alcoolisme du père, la laissant seule au monde. Face au mépris et à la méchanceté des habitants d’un village proche, KYA trouvera protection et amour auprès des oiseaux du marais.

Lire la suite

« Théâtre 1 », par Robert Badinter

Total visites 673 , dont aujourd'hui 4 

THÉÂTRE 1 , de Robert BADINTER  (Ed. FAYARD ,  2021, 277 pages
Par Sylviane HOUVERT, le 19 Août 2021

Ce livre contient trois pièces distinctes : CELLULE 107, entretien imaginaire entre René BOUSQUET et Pierre LAVAL la veille de son exécution, Les BRIQUES ROUGES DE VARSOVIE, évocation de la vie et du soulèvement du ghetto, C.3.3, évocation du procès d’Oscar WILDE pour homosexualité.

A l’aide son style épuré, incisif, BADINTER explore le cœur même de l’homme, avec comme viatique, sa passion de la justice.

Indispensable.

Roman « Envoyé un peu spécial », de Julien Blanc-Gras

Total visites 760 , dont aujourd'hui 4 

Roman « Envoyé un peu spécial » , de Julien BLANC-GRAS  (Ed. STOCK, 2021, 305 pages)
par Sylviane HOUVERT, le 19 Août 2021

Avec ses cartes postales envoyées des quatre coins du globe, ce journaliste romancier nous rappelle qu' »en s’éloignant de chez soi, on se rapproche de l’universel » dans des récits de 4 à 5 pages, indépendants les uns des autres, parfois légers, parfois graves, toujours animés du plaisir de la rencontre de « l’autre » et d’une bonne dose d’humour.

Parfait pour le public hospitalisé.