A.G. CBPT 34 : le mot d’accueil de Patricia Laurentin

             

  Ci-dessous le texte imaginé et prononcé par Patricia Laurentin en ouverture de l’assemblée générale .

 

Assemblée Générale 2023 CBPT  – La Grande Motte

Il était une fois, un homme qui n’y croyait pas.

Il était une fois une ville qui s’appelait Callage.
C’était un grand projet : il s’agissait d’implanter dans un vaste territoire marécageux une ville qui serait aussi un port.
Ça a mal fini ! Il n’y croyait pas !
Je cite : « Il reste des grandes ruines, un port à demi comblé, des machines ensablées rongées de rouille. La plage s’arrachant à la mer était montée à l’assaut des murailles ». (fin de citation)

Mais, il y a un problème !
Cette histoire n’a jamais existé ! …si ce n’est dans l’imagination d’un écrivain-poète qui l’a racontée dans son roman « L’homme de sable ». Cet écrivain s’appelle Jean Joubert ( décédé en 2015 à Montpellier) ; il a vu La Grande Motte sortir du sable, il l’a appelé Callage et lui a jeté un mauvais sort. Cette ville qui devait être une étoile fut ensablée par l’écrivain. Quoiqu’il en soit, son roman « l’homme de sable », rédigé en 1975, fut encensé par le monde littéraire et récompensé par le prix Renaudot de la même année.

Il était une fois un homme qui y croyait !

Il allait rallumer cette étoile ensablée …
Ce fut un grand projet . Les amis de cet homme, sceptiques et narquois, « le croyaient fou ! » : Comme le Petit Prince de St Exupéry, il leur dira en regardant le ciel : – Oui les étoiles, ça me fait toujours rire ».
Il s’appelait Jean Balladur (cousin de l’ancien Premier Ministre).
Sa ville s’appela : « La Grande Motte », il l’a créée ex nihilo.

Il était poète, je le cite : « Un crayon et un carnet à dessin à la main, assis sur les dunes qui bordaient la plage, je me laissais bercer par la rumeur régulière du flux et du reflux de la mer et des soupirs du vent. (…) Ma rêverie caressait le site, cherchant à lui faire dire ses propres penchants ».

Il était écrivain, je le cite : « Les pyramides quittent l’horizontale du sol par une pente, s’élèvent et rejoignent le sol par une pente descendante » (…) « Ces volumes pyramidaux soulèvent la terre comme des vagues successives » (…) « Sans brutalité ! » ajoute-t-il.

Il était architecte, je le cite : « C’est à l’architecture qu’incombe la terrible responsabilité de rendre « réel » le monde de l’imaginaire humain.

La ville de La Grande Motte a été récompensée par le label « Patrimoine du XXème siècle », attribué par le Ministère de la Culture et de la communication. Le récit de cette aventure est racontée par l’architecte dans ce très beau livre intitulé « La Grande Motte ».
L’homme qui y croyait et celui qui n’y croyait pas se sont réconciliés : Jean Joubert a rédigé une préface élogieuse du livre de Jean Balladur.

Vous partirez cet après-midi à la découverte de La Grande Motte, une ville unique en son genre !

J’habite La Grande Motte depuis 23 ans.

Quand JE serai bien vieille, au soir à la chandelle,
Assise auprès du feu, tricotant et lisant,
dirai, chantant ses vers, en m’en émerveillant :
« Balladur me célébrait du temps que j’étais belle »

Quand VOUS serez bien vieille, au soir à la chandelle
Assises auprès du feu, bavardant ou lisant,
direz, chantant CBPT, en vous émerveillant :
« les lecteurs nous célébraient du temps qu’on était belles ».

Quand NOUS serons bien vieilles, au soir à la chandelle,
Assises auprès du feu, tremblotantes et lisant,
dirons, chantant la Présidente, en nous émerveillant:
Dany a eu bien du mérite : elle ira droit au ciel.

Vivons, si m’en croyez, n’attendons à demain
Lisons dès aujourd’hui les pages de la vie.

*****

Bonne Assemblée Générale dans la cité des Pyramides.

Vues : 0

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.