Roman “La honte” de Annie Ernaux

Total visites 38 

Présentation  d’Annie Ernaux  et de son roman “La honte” par  Laure Roquefort, le 16 janvier 2023

– Cliquez ICI :Roman La honte – Annie Ernaux    (Gallimard, Février 1999)

 

                             Annie Ernaux

                                                                            Annie Ernaux

 

C.R. de la rencontre autour des livres du 16/01/23

Total visites 33 

CR de la rencontre autour des livres du 16 janvier 2023, par Maryvonne Sendra.

UNE NOUVELLE RENCONTRE LITTERAIRE EN CE PLUVIEUX ET VENTEUX  LUNDI D’HIVER

Les rencontres littéraires, été comme hiver, ponctuent agréablement le calendrier de Culture et Bibliothèque Pour Tous (CBPT) . En ce lundi 16 janvier 2023, pour bien l’année, plus d’une vingtaine de bénévoles de CBPT se sont retrouvés.

Le lieu ?  La Bibliothèque Pour Tous de Grabels (à une petite demi-heure de Montpellier), où Eveline GENEE, bénévole responsable de la Bibliothèque, et son équipe nous ont accueillis avec qui un petit café, qui un petit thé, et Mmm… une délicieuse fougasse !

L’objet ? Cette nouvelle rencontre littéraire a une spécificité :
 Présentation d’une œuvre ayant donné lieu à des controverses, de l’éloge aux critiques négatives !
 Allez, on vous le dit d’emblée, l’œuvre controversée, c’est celle de Annie ERNAUX, lauréate du PRIX NOBEL DE LITTERATURE 2022

La présentation de l’œuvre a été assurée par Laure ROQUEFORT, bénévole CBPT à la Bibliothèque de la Clinique Saint-Roch (Tram Sabines). Laure est toute récente dans la grande équipe que nous formons car elle a en effet commencé son bénévolat en juin dernier. La qualité de son intervention a bien illustré que la valeur n’attend pas le nombre des années.


Deux bénévoles de la Bibliothèque de Grabels,
       accueil et sourires conjugués

Avant de passer au vif du sujet, Denise DELTERME, bénévole CBPT à la clinique Saint Roch et organisatrice de ces rencontres motivantes, a posé les balises pour nos prochaines réunions.
Allons-y !

NOTRE PROCHAINE RENCONTRE LITTERAIRE DU LUNDI 13 MARS 2023

Nous souhaitons consacrer cette rencontre à une autrice, un auteur, que nous convierons à venir nous présenter son cheminement vers l’écriture, ses joies d’exercer ce qui est devenu un « métier ». Nous l’écouterons, attentifs à ce qui génère cette magique inspiration qui vainc la page blanche.

Lors de notre dernière réunion de décembre :
 Un auteur de BD pour enfants, Christophe CAZENOVE, avait été pressenti par Marie-Hélène Glen, bénévole à la bibliothèque de Saint-Gély-du-Fesc. Notre choix collectif s’était porté sur lui car la littérature pour jeunesse est très vivante dans nos bibliothèques. Mais mais mais, il n’est pas sûr qu’il soit libre.

 L’autrice de romans pour la jeunesse, Isabelle WLODARCZYK, va donc être approchée par Annie Olié le Junter, bénévole responsable de la bibliothèque de Saint-Gely-Du-Fesc.

La dynamique d’équipe aidant, de nouvelles propositions de professionnels du livre à inviter se mettent à fuser !
Florence THOLOZAN. Elle vit près de Montpellier, et vient de publier son premier roman,
Yves DESMAZES, ancien officier de police et auteur de romans policiers et historiques.

En conclusion, nous espérons que les bénévoles CBPT qui contacteront ces quatre auteurs déboucheront sur une acceptation de l’un d’entre eux. En ce début d’année, nos vœux les accompagnent !

NOTRE RENCONTRE LITTERAIRE DU LUNDI 15 MAI
A Montpellier, le mois de mai est celui de « la Comédie du Livre, 10 jours en mai » !
Oui mais, cette année :
– La Comédie n’aura pas lieu place de la Comédie. En effet, les travaux de rénovation / végétalisation de ce cœur du Montpellier historique ne seront par terminés. En lien avec la Municipalité, les organisateurs ont trouvé un bon lieu de substitution : la promenade du Peyrou !
Bien sûr, chaque année, les bénévoles de Culture et Bibliothèque Pour Tous s’investissent volontiers pour assister à des conférences, dédicaces, pour flâner de stand en stand, de librairie en librairie, sympathiser avec des passants qui partagent le même goût de lire.

Pour cette réunion, la date du 15 mai est maintenue, même si elle se situe en aval de la Comédie du Livre. Le contenu de notre réunion s’imposera, au gré des découvertes qui nous auront épatées.


PRESENTATION d’ANNIE ERNAUX  par LAURE ROQUEFORT
 
Laure ROQUEFORT commence par se présenter, en précisant qu’elle a été très bien accueillie par l’équipe de la Clinique Saint Roch (sourire).
Laure nous précise d’emblée :
« La controverse n’est pas mon fort mais je vais faire de mon mieux. Autant vous le dire, j’aime beaucoup Annie Ernaux, son Prix Nobel m’a touchée et j’en suis heureuse. Bien sûr, à la fin de mon petit exposé, j’aborderai la polémique ».
Vous le lirez très prochainement, sur le site et/ou par courriel, le commentaire de Laure est bien structuré, argumenté, illustré d’extraits de livres autobiographiques d’Annie ERNAUX, qui rendent bien compte de l’ambiance qui imprègne son quotidien d’hier et d’aujourd’hui.


LE DEBAT ! Le prix Nobel de littérature 2022 ayant été attribué à ANNIE ERNAUX pour son oeuvre, critiques et louanges se sont succédé en notre assemblée.
Les louanges et les critiques ont fusé ! Pour des bénévoles de Culture et Bibliothèque Pour Tous de l’Hérault, la balance a plutôt penché du côté de la non-reconnaissance des qualités littéraires d’Annie Ernaux, ou du moins, affirmation que son œuvre est loin de mériter ce Prix Nobel prestigieux, qualifié de « politisé » par ce choix contesté. Pour d’autres bénévoles, Annie Ernaux mérite pleinement cette distinction, et soulignent la beauté de son discours à Stockholm.

En vrac, mais dans la cordialité et le respect des positions de chacun, voici quelques points saillants qui ont été abordés :

 Evocation d’un dialogue entre l’écrivain et critique littéraire Pierre ASSOULINE et Raphaëlle LEYRIS, journaliste du Monde des livres : Ils sont d’accord tous les deux pour reconnaître les qualités littéraires d’Annie Ernaux, et s’en réjouissent.

 Le philosophe Alain Finkelkraut: Il regrette qu’Annie Ernaux manque de gratitude et il lui reproche de ne pas être reconnaissante pour son accès au savoir. C’est grâce à l’Education Nationale, à ses études à l’université ouverte à tous qu’elle a pu s’extraire de son milieu modeste et accéder à la culture.

 Le grand sociologue Pierre Bourdieu, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir sont évoqués

Dès le début de son engagement politique actif, Annie Ernaux s’est mise dans le sillage de Pierre Bourdieu qui a dénoncé avec force la reproduction des classes sociales. Elle a pourtant réussi à sortir de sa condition sociale et à exercer un métier d’enseignante.
Elle se situe aussi dans la lignée philosophique de Jean-Paul Sartre.
Concernant l’égérie du féminisme Simone de Beauvoir, Annie Ernaux continue le combat pour une reconnaissance pleine et entière de l’égalité hommes – femmes.

Et voici un florilège des appréciations et arguments qui ont émaillé le débat :

 « L’écriture d’Annie Ernaux est plate, neutre et sans saveur »

 « Annie Ernaux prix Nobel de la littérature ? Elle est où, la littérature ? »

 « Elle voit tout dans un filtre dominant / dominé. C’est regrettable »

 « Son écrire est politique »

 « Sa vie est très politisée. Elle est une fervente adepte de Jean-Luc Mélanchon »

 « Comment peut-on défendre, comme Annie Ernaux l’a longtemps fait, la « liberté » du port voile islamique en France ? En Iran, des femmes se battent pour la vraie liberté, celle de ne pas céder aux diktats des mollahs, et la répression est féroce »

 « Il y a une amertume en elle. Elle dénonce et elle ne cesse pas de remâcher »

 « Oui, il y a en elle comme une volonté de ne voir que les aspects négatifs »

 « Mais elle parle de ses blessures. Et c’est bien de les expurger »

 « J’ai essayé de lire Annie Ernaux. J’ai tenté avec « La place ». Franchement, ça ne m’a pas intéressée, et j’ai laissé tomber »

 « Moi, quand je lis, j’ai envie de m’évader. Mais là, on ne voyage pas, on fait du surplace »

 « J’ai renoncé à la lire car quand je la lis, je m’embête »

 « C’est plat, elle n’a aucun style »

 « Elle ne mérite pas le prix Nobel. Dommage pour de vrais écrivains qui le méritaient »

 « Moi, j’aime bien la lire, mais je reste sur ma faim, et je suis frustrée car c’est toujours trop court »

 « Avec son immersion dans le quotidien, elle parvient à nous donner le sentiment qu’elle exprime ce que toute femme ressent au fond d’elle-même »

 « J’ai tout lu d’elle. C’est de grande qualité. A celles qui ne la connaissent pas encore, n’hésitez pas à la découvrir »

 « Moi, la polémique autour de ce prix Nobel aiguise mon envie de la découvrir »

 « Elle a le mérite de susciter le débat, et de faire peut-être ainsi avancer ses thématiques »

 « Son dernier livre « L’autre fille », à propos de sa sœur, morte avant qu’elle ne naisse, est très très dur. Le tabou familial autour de ce décès, avec aucun mot pour le dire, pour le lui faire savoir est terrible. Là, Annie Ernaux fait avancer la parole.

 « Annie Ernaux fait œuvre de sociologue, quelque part. Elle veut être témoin de ce qui se passe autour d’elle, et elle l’exprime. Elle ne succombe pas à la tentation de faire plaisir, et elle reste fidèle à ses racines »

 « Annie Ernaux raconte sa vie. C’est sa thérapie »

                                                                                               * * * * * * * * * * * * * * * * *
Conclusion :

C’est difficile de retransmettre fidèlement des propos tenus à la vitesse grand V, et en toute spontanéité ! Ainsi qu’en témoignent ces bribes d’interventions orales, le débat était très vivant, et les prises de position ont été le reflet des controverses qui ont agité le monde culturel et médiatique.

A bientôt, pour de nouvelles Rencontres Littéraires, sous le signe de l’amour de la littérature et de la cordialité.